Gignac: « Je n’ai pas été à la hauteur! »

Posté le 11.01.2011 à 23h40

L’attaquant de Marseille André-Pierre Gignac a admis mardi qu’il n’avait pas été « à la hauteur » et, se disant « confiant », a assuré qu’il entamait 2011 « avec de meilleures intentions ».

« Je sais que mes six premiers mois n’ont pas été brillants, je fais mon autocritique. Je n’ai pas été à la hauteur pour l’instant. Le club m’a fait venir pour être décisif, et je ne l’ai pas été », a déclaré Gignac, lors de sa première apparition devant les médias depuis son arrivée en août.
« Je reviens en 2011 avec les meilleures intentions. Il va falloir tout simplement que je fasse une grosse deuxième partie de saison », a poursuivi l’ancien Toulousain, auteur d’un seul but en L1 cette année lors de la 8e journée à Saint-Etienne.
« Les critiques font partie du métier. J’ai connu pire lors ma première saison à Toulouse. Je suis costaud, ne vous inquiétez pas! », a ajouté l’attaquant marseillais, assurant: « Je suis confiant ».
Pour expliquer ses performances décevantes, Gignac a notamment reconnu qu’il avait « un gros déficit physique » remontant à la saison dernière où il s’est « peu entraîné » et a « joué blessé », ce qu’il « paye » aujourd’hui. « Je n’ai pas écouté mon corps alors, mais c’est parce qu’il y avait quelque chose d’extraordinaire au bout », le Mondial en l’occurrence, a-t-il développé.
L’entraîneur marseillais Didier Deschamps, qui lui maintient sa confiance, a en effet régulièrement souligné ce problème physique.
Interrogé sur son jeu, l’international français, 25 ans, a répondu: « Je l’attends forcément, ce premier but au Vélodrome, et je pense qu’il me fera beaucoup de bien. Il ne faut pas que je force. Mais apparemment, dans mon jeu, on ressent trop que je joue contre nature.
« C’est à moi de m’adapter à mes coéquipiers », a aussi déclaré Gignac, alors que l’attaque marseillaise a été totalement chamboulée cet été après les départs de Niang, de Koné et de Ben Arfa.
Sifflé régulièrement par le public marseillais, l’avant-centre a reconnu que les critiques faisaient « partie du métier » et qu’il lui arrivait lui-même de siffler l’OM alors qu’enfant il se rendait au Vélodrome. Et de marteler: « Ce club est fait pour moi, j’en suis convaincu! J’aime trop cette ville et ce club pour rester sur un échec. Ce n’est pas possible. »

Les derniers articles