A-bor-da-ble !

Posté le 02.12.2011 à 18h35

La France est tombée dans un groupe D abordable avec l’Ukraine, la Suède et l’Angleterre pour l’Euro 2012 (8 juin-1er juillet) selon le tirage au sort de vendredi à Kiev.

La France a été gâtée et a donc évité quatre terreurs, l’Espagne, les Pays-Bas, l’Allemagne et le Portugal.
La France éliminée au premier tour de l’Euro 2008 et du Mondial 2010, était placée dans le quatrième chapeau en vue du tirage au sort, s’exposant ainsi à des adversaires redoutables.
L’Angleterre est l’équipe la plus dangereuse du groupe des Bleus sur le papier. Or la France de Laurent Blanc a dominé 2-1 cet adversaire à Wembley en amical en novembre 2010. Et l’équipe de « Sa Majesté » sera privée de son attaquant vedette, Wayne Rooney (Manchester United), pour l’heure suspendu pour le premier tour de l’Euro. Son appel doit être examiné le 8 décembre par l’UEFA. La sanction de Rooney sera-t-elle réduite ?
Par ailleurs, pour le reste de la compétition, un « groupe de la mort » rassemblera les Pays-Bas, le Danemark, l’Allemagne et le Portugal dans la poule B. Le tirage au sort a également donné: Pologne, Grèce, Russie, République tchèque (groupe A), Espagne, Italie, Eire, Croatie (groupe C).
La France est donc vernie. L’Ukraine a eu la chance de se retrouver dans le premier chapeau, uniquement grâce à son statut de pays organisateur (avec la Pologne). Car sportivement, rien ne justifie sa présence parmi les têtes de série en compagnie des champions du monde et d’Europe espagnols et des Allemands, finalistes de l’Euro 2008. Le spectre d’une élimination sans gloire au premier tour, comme pour les deux co-organisateurs de 2008, l’Autriche et la Suisse, hante ainsi les esprits ukrainiens. La sélection ukrainienne est dénuée de vedettes, hormis le déclinant Andrei Shevchenko.
Les Bleus avaient d’ailleurs eu un petit aperçu des lacunes de leurs futurs hôtes en les dominant assez facilement sur leurs terres lors de leur tournée en Europe de l’Est en juin (4-1 en Ukraine).

La « der » de Capello ?
Quand on évoque la sélection suédoise, il est difficile de ne pas penser immédiatement à Zlatan Ibrahimovic. La star de l’AC Milan a connu une histoire
mouvementée avec son équipe nationale, et a annoncé à plusieurs reprises sa
retraite internationale avant à chaque fois de se raviser. Mais sans « Ibra », auteur de 2 des 3 buts de la Suède à l’Euro 2008, les Nordiques seraient obligés de laisser leurs maigres prétentions aux vestiaires, seul le milieu lyonnais Källström évoluant dans un club huppé.
Pour l’Angleterre, cet Euro sera sans doute la dernière occasion pour Fabio Capello d’offrir un trophée international qui manque à l’Angleterre depuis 1966.
Quelques jeunes commencent à pointer le bout de leurs nez (Welbeck, Wilshire, Sturridge, Hart…) aux côtés des inusables Terry, Gerrard, Lampard, Cole. Mais la cohésion n’est pas pour tout de suite comme l’a donc montré la victoire de la nouvelle équipe de France à Wembley.

Les derniers articles