Quand Falcao parle de l’Atletico…

Posté le 02.06.2013 à 08h47

L’attaquant colombien Radamel Falcao, qui s’est engagé à Monaco pour cinq saisons vendredi, a estimé samedi qu’il avait passé « les deux meilleures saisons de sa carrière jusqu’ici » à l’Atletico Madrid.

« Ce que nous avons réussi au cours de ces deux saisons est inoubliable, et je crois qu’il s’agit jusqu’ici des deux meilleures saisons de ma carrière », a assuré le buteur colombien dans une interview publiée sur le site du club.
Arrivé en 2011 en provenance du FC Porto, le « Tigre » a en effet connu deux saisons fastes chez les Rouge et Blanc, marquées par trois titres: l’Europa League 2012 contre l’Athletic Bilbao, la Supercoupe d’Europe 2012-2013 contre Chelsea et la Coupe du Roi cette saison contre le Real Madrid.
« Le premier titre, qui fut la finale de Bucarest (de l’Europa League), je le qualifierais comme un défi de répéter un titre obtenu la saison d’avant. Ce fut un défi pour me montrer à moi-même que l’ambition était intacte (…) que je pouvais redevenir meilleur buteur de la compétition », a expliqué Falcao.
Le Colombien, fraîchement débarqué de Porto, avait en effet déjà remporté l’Europa League en 2010-2011 avec les « Dragons », inscrivant 17 buts dans toute
la compétition.
Qualifiant la victoire en Supercoupe d’Europe contre Chelsea de « combat de David contre Goliath », Falcao en arrive ensuite à parler du succès en finale de Coupe du Roi 2013 contre le Real Madrid, alors que l’Atletico n’avait plus battu son grand voisin depuis 14 ans.
« C’est quelque chose qu’aucun Colchonero n’oubliera jamais, ce sera présent de génération en génération. »
Après s’être engagé avec Monaco pour cinq saisons, le Colombien n’a pas participé pas au dernier match de la saison des Rouge et Blanc, samedi sur le terrain de Saragosse.
Après une conférence d’adieu dans l’après-midi à Vicente-Calderon,
le stade de l’Atletico, l’attaquant rejoindra directement sa sélection, réunie pour préparer deux matches qualificatifs pour le Mondial 2014, le 7 juin contre l’Argentine et le 11 contre le Pérou.

Les derniers articles