Barrios est de retour!

Posté le 19.01.2015 à 06h34

L’attaquant paraguayen de Montpellier, Lucas Barrios, auteur d’un triplé opportuniste samedi à Metz (3-2), semble désormais parti pour rester dans l’Hérault, alors que son futur s’y écrivait en pointillés quelques semaines plus tôt.

Prêté pour un an par le Spartak Moscou, où il jouait peu, le natif de San Fernando en Argentine, naturalisé par le Paraguay en 2010, avait jusque-là peiné à convaincre à Montpellier, inscrivant deux buts en treize apparitions lors de la phase aller de Ligue 1.
Il faut dire qu’il était arrivé dans l’Hérault avec le statut de « gros coup » sur le marché des transferts: malgré deux années difficiles en Chine puis en Russie, Lucas Barrios, 30 ans, dispose d’un CV plutôt flatteur, avec notamment trois saisons au Borussia Dortmund, de 2009 à 2012 et deux titres de champion d’Allemagne (2011 et 2012).
« Le problème pour moi et pour nous, ce n’est pas de savoir s’il est un bon joueur, mais s’il a encore envie de l’être », avait mis en garde son entraîneur, Rolland Courbis. « Et s’il n’est pas blasé, comme beaucoup peuvent l’être après un contrat comme il a eu en Chine. »
Blasé, Barrios n’a pas semblé l’être dans l’Hérault. Il a en revanche peiné à convaincre son entraîneur, qui l’a utilisé par intermittence jusqu’à la trêve hivernale. Au point de faire naître la rumeur d’une résiliation prématurée du prêt du joueur.

‘Un but de temps en temps’

Après le match gagné à Metz (3-2) samedi, Rolland Courbis a dissipé les doutes concernant l’envie d’ailleurs du Paraguayen: « Barrios s’est inquiété, à un certain moment, qu’on ne le veuille plus. Il est venu nous dire: +Si vous voulez que je parte, je pars+ ».
« On lui a dit: +Ce qu’on veut surtout, c’est que tu sois un petit peu meilleur, même si on sait que tu fais le maximum aux entraînements+ », poursuit Courbis.
« C’est peut-être une coïncidence, mais les améliorations sont arrivés depuis cette discussion et lui-même n’a pas envie de quitter le club. Nous, ce qu’on lui demandait, c’est de mettre un but de temps en temps, pas de mettre des +hat tricks+! », a-t-il ensuite plaisanté.
Une demande qui aurait été un peu exagérée, dans un club où le dernier coup du chapeau remontait à novembre 2011 et un festival d’Olivier Giroud contre Sochaux.
Mais en marquant trois fois contre Metz, sur penalty d’abord (16e), d’un extérieur du droit après une erreur de placement de la défense (53e), et dans un but vide à la réception d’une frappe de Sanson déviée sur son poteau par Carrasso (69e), Barrios a apporté la preuve de ce qu’il avait affirmé deux jours plus tôt, en conférence de presse: il se sent « de mieux en mieux » à Montpellier et « avec ses partenaires ».
Déjà en progression contre Marseille, match lors duquel il a été applaudi par la Mosson à sa sortie, Barrios expliquait avant la 21e journée avoir « beaucoup travaillé pour retrouver la forme » et « montrer la meilleure image possible ».
« Je me suis mis dans la peau de quelqu’un qui devait gagner sa place dans l’équipe », a encore expliqué le joueur avant le match. « Peut-être que les gens pensaient que ça allait être plus facile pour moi, mais je dois m’accrocher. »
Et marquer encore quelques buts d’ici à la fin de la saison.

Les derniers articles