SITE CORPORATE>A LA UNE>>"Nous ne jouons pas la carte des joueurs contre les arbitres!"
­

UNFP : communiqués

"Nous ne jouons pas la carte des joueurs contre les arbitres!"

Publié le 10 février 2016 à 18h47

L'UNFP, contre vents et marées parfois, a toujours soutenu l'arbitrage français, même quand celui-ci, chahuté par l'ensemble de notre football, semblait avoir perdu la partie, incapable de convaincre, de trouver les mots.

Les mots, justement… Ceux employés dans le dernier communiqué de SAFE sont sans commune mesure avec les actes incriminés, pour condamner - mais sans jamais le citer ! - Nabil Dirar. Ils se veulent un réquisitoire contre la violence des joueurs envers le corps arbitral et, bien évidemment ( ?),  dénoncent « l'omerta » du milieu, renvoyant à des comportement mafieux, que l'on croyait à jamais oubliés. Mais voilà le fantasme ressorti des oubliettes pour justifier d'avoir à accrocher un joueur au pilori.
A lire SAFE, il semblerait donc que seuls les arbitres soient porteurs de la vérité, et qu'ils restent les derniers à défendre les vraies valeurs de notre sport.

Sur l'action en question, Nabil Dinar n'a pas fait de faute, il ne méritait donc pas un avertissement. Sa réaction, une fois le carton jaune brandi, est inacceptable et condamnable car il doit accepter dans tous les cas les décisions de l'arbitre. Cela a toujours été, reste et restera la position de l'UNFP.
Mais à revoir les images, il est évident qu'il n'y a pas la moindre volonté d'attenter à l'intégrité physique de Tony Chapron.
Alors pourquoi parler d'agression ? Pourquoi brandir le drapeau de l'exemplarité et prétendre que le comportement du joueur monégasque va engendrer des réactions en chaînes dans les rangs des amateurs ? Pourquoi vouloir ainsi envenimer les choses, plutôt que de se concentrer sur le jeu et le bon déroulement des rencontres, comme les arbitres en ont la charge ?
Il s'agit là, personne n'est dupe, d'exercer une pression directe sur la Commission de discipline de la LFP, qui se réunira ce jeudi, et aura à traiter du dossier.
C'est une façon de procéder. Ce n'est pas celle de l'UNFP. Nous ne jouons pas la carte des joueurs contre les arbitres. Nous préférons marcher à leur côté, dialoguer, expliquer, comprendre. Et être compris, aussi.

 

L'UNFP