SITE CORPORATE>A LA UNE>>La violence en Russie et en... vidéo!
­
Gogniev, victime d'une violence devenue ordinaire...

Les joueurs : A l'étranger

La violence en Russie et en... vidéo!

Publié le 30 novembre 2011 à 11h53

C'est, malheureusement, une histoire devenue banale. En Russie, les joueurs sont souvent frappés, molestés, menacés. Le syndicat des footballeurs du pays dénonce cette violence gratuite, mais savamment organisée pour maintenir le joueur dans un climat de peur...

On se souvient du cas de Nikola Nikezic, l'ancien Havrais, sauvagement frappé au printemps dernier, pour qu'il mette par anticipation un terme à son contrat avec le FC Kuban... Ce n'était là qu'un des nombreux actes de violence dont sont victimes, au quotidien ou presque, les footballeurs évoluant en Russie.

Lors du congrès de la FIFPro, la semaine dernière à Tel Aviv, de nombreux intervenants - et parmi eux Karel Poborski et Dario Simic, respectivement président du syndicat de la République Tchèque et de la Croatie - ont énuméré, devant une assemblée sous le choc, les violences physiques ou verbales envers les footballeurs dans les anciens pays du bloc de l'Est, en Chine ou en Colombie où la vie des membres du syndicat local est en danger, simplement parce qu'ils prennent la défense des joueurs frappés, parfois sauvagement.


Karel Poborski, Dejan Stefanovic et Dario Simic.

 

La FIFPro, comme l'UNFP, ne saurait accepter plus longtemps cet état de fait, et a fermement demandé que les instances dirigeantes, y compris au niveau gouvernemental, agissent le plus vite possible pour faire cesser l'inacceptable...

Or, voilà une nouvelle affaire, rapportée par le syndicat russe, qui peine à se faire reconnaître par sa fédération, qui ne veut toujours pas entendre parler d'une chambre nationale de résolution des litiges (en France, c'est la Commission juridique...).

Vendredi dernier, lors d'une rencontre entre les équipes réserves du FC Terek et du FC Krasnodar, qui s'est jouée à Grozny, un joueur de l'équipe visiteuse - Spartak Gogniev - a été violemment frappé par les membres de la sécurité du club recevant...

Alors que le FC Krasnodar menait tranquillement au score (3-0) et que Spartak Gogniev avait marqué deux des trois buts de son équipe, la physionomie de la rencontre changea du tout au tout. Les joueurs du FC Terek ont fait preuve d'un engagement physique qui dépassa, presque à chaque fois, les limites du tolérable. Leur but était de faire mal...

Au bout d'un moment, en sa qualité de capitaine, Spartak Gogniev est allé se plaindre à l'arbitre et lui demander de modérer, autant que faire se peut, la dangereuse ardeur des joueurs locaux. L'arbitre n'a pas apprécié et Gogniev a reçu coup sur coup deux avertissements et a donc été expulsé. Après avoir bousculé l'arbitre, il a quitté le terrain. Et c'est là que l'histoire dérape...

Sous le tunnel qui mène aux vestiaires, le capitaine du FC Krasnodar a été appréhendé par un groupe d'homme, portant des uniformes de policiers. Ils ont commencé à le frapper, puis l'ont emmené à l'écart, et se sont servis de bâtons pour continuer à le frapper. Cette attaque, violente, s'est fait sous le regard de diverses personnalités du club, mais également des représentants du gouvernement régional. Personne n'a réagi!

Voir la vidéo...www.fifpro.org/news/news_details/1779


L'examen médical qui a fait suite à l'incident a révélé que Gogniev a des côtes cassées, le nez cassé et de sévères contusions, sans parler du choc psychologique. Le joueur et son club ont, bien évidemment, porté plainte devant les différents organes directeurs, pour que des sanctions soient prises contre le FC Terek et les différents assaillants.

Le syndicat des footballeurs russes, saisi de cette affaire comme tant d'autres, met en demeure la fédération russe d'agir pour mettre un terme à ces violences, inacceptables. Voilà plusieurs années qu'il réclame des réformes et le droit de siéger dans les différentes commissions de la Fédération, notamment la future Chambre de résolution des litiges, qui, selon les directives de la FIFA, doit être paritaire...