Jean-Jacques Amorfini

Jean-Jacques Amorfini a toujours été syndicaliste, il s'est toujours signalé par son franc-parler, servi par une gouaille de titi parisien, qu'il revendique, lui l'enfant de Paname et du Red Star...
Il a mis toutes qualités au service de l'UNFP depuis plus de trente ans, participant à la construction d'un syndicat, qui n'a pas d'équivalent dans le monde...

Premier vice-président et trésorier de l'UNFP
Membre du CA de la LFP de 1996 à 2006
Membre de la Commission paritaire de la Charte (LFP)
Membre de la Commission juridique (LFP)
Membre de la Commission des mutations (FFF)
Membre de la Commission de discipline (LFP)
Jean-Jacques Amorfini

Le footballeur

Milieu défensif Joueur professionnel au Red Star, au Paris FC et à Angoulême 22 matches en Première division 240 matches en Deuxième division (9 buts) International olympique et amateurs A la fin d'une carrière qui l'aura mené du Red Star au… Red Star, en passant par le Paris FC et Angoulême, seule incursion en province de ce Parisien grand cru, Jean-Jacques Amorfini n'aura certainement eu qu'un regret, celui de n'avoir pas pu disputer les Jeux Olympiques de 1976, à Montréal, avec un certain Michel Platini. Présent lors des phases qualificatives, il avait été «oublié» à l'heure de la sélection finale… Présenté à ses débuts en équipe de France olympique, dans France Football, comme un athlète longiligne, Jean-Jacques débuta au poste de latéral droit, avant de monter d'un cran. Au milieu du terrain, sa débauche d'énergie, son tempérament et son sens du collectif lui permettent de s'imposer dans un rôle de milieu défensif, qui semblait avoir été créé pour lui.

Le SYNDICALISTE

Gouaille de Titi parisien et syndicaliste convaincu avant même son entrée dans le football professionnel, Jean-Jacques Amorfini a signé sa première adhésion à l'UNFP en même temps que son premier engagement contractuel avec le Red Star. Très logiquement, même à ses débuts, il enfile la casquette de délégué de club et la portera dans chacune de ses équipes. En octobre 1981, peu après la mort accidentelle de Guy Lassalette (alors vice-président du syndicat) et quelques mois avant l'arrivée de René Charrier, Jean-Jacques intègre l'UNFP à mi-temps et continue de jouer sous le maillot vert du Red Star. Il en sera ainsi jusqu'à l'été 1984. A trente ans, il met alors fin à sa carrière et s'investit à plein temps dans le combat syndical, devenant vice-président du syndicat en 1985. Membre du Conseil d'Administration de la LFP pendant dix ans, Jean-Jacques est en première ligne au niveau juridique, membre de la commission de la LFP, et responsable de la commission juridique interne de l'UNFP. Celui qui est connu pour ne pas avoir la langue dans sa poche est également, depuis leur création, la cheville ouvrière des Trophées UNFP du football, grand messe annuelle et festive… Et même s'il a pris, aujourd'hui, un peu de recul, il conserve un oeil averti sur son "bébé"... Le 8 octobre 2016, Jean-Jacques Amorfini est élu Premier Vice-président et Trésorier de l'UNFP.