Notre histoire

L’UNFP a fêté son cinquantième anniversaire en 2011. Cinquante années de combats syndicaux, menés par nos glorieux aînés et, pour partie, par l’équipe présente.
Cinquante années que nous n’avons pas le droit d’oublier. Cinquante années qu’il nous appartient au quotidien de faire fructifier, pour rester dans la course, pour continuer à défendre les droits et les intérêts des footballeurs professionnels évoluant en France… Et dans le monde, par extension, via la FIFPro et ses différentes divisions.

1960
novembre 1961

Création de l'UNFP

Il faut une idée ! Et Eugène N'Jo-Léa en a une : « Créer un syndicat de footballeurs, se souvient Just Fontaine… Eugène, il avait une idée toutes les trente secondes ! » Il faut du courage. Et tous en ont pour emboîter le pas de l'étudiant en droit, joueur…

novembre 1961

Création de l'UNFP

Il faut une idée ! Et Eugène N’Jo-Léa en a une : « Créer un syndicat de footballeurs, se souvient Just Fontaine…
Eugène, il avait une idée toutes les trente secondes ! »

Il faut du courage. Et tous en ont pour emboîter le pas de l’étudiant en droit, joueur de Saint-Etienne.
Il y a là Just Fontaine, icône mondiale naissante et buteur jamais égalé, bientôt premier président. Il y a là Jacques Bertrand, juriste passionné et sportif confirmé.
Et il y en a d’autres aussi d’André Lerond à Jean-Jacques Marcel en passant par Robert Loubière et Norbert Eschmann.
Quelques-uns. Pas plus. Mais c’est le début, le début d’une belle et grande histoire.
Le 6 novembre 1961 naît l’UNFP… (La date du 16 novembre, officielle, est celle du dépôt des statuts à la Préfecture de Paris)

janvier 1963

Kopa accuse!

Raymond Kopa est, en 1963, la superstar du football français lorsqu'il décide de lancer un grand pavé dans la mare. «Les joueurs sont des esclaves ! », clame-t-il haut et fort. L'écho de son indignation ne cessera qu'en 1969 avec l'instauration, en France, du contrat à temps. « L'affaire a…

janvier 1963

Kopa accuse!

Raymond Kopa est, en 1963, la superstar du football français lorsqu’il décide de lancer un grand pavé dans la mare. «Les joueurs sont des esclaves ! », clame-t-il haut et fort.

L’écho de son indignation ne cessera qu’en 1969 avec l’instauration, en France, du contrat à temps.
« L’affaire a fait grand bruit, à l’époque. J’ai écopé de six mois de suspension avec sursis, mais les choses ne pouvaient plus durer ainsi. Oui, les footballeurs étaient réellement des esclaves. Ils n’avaient jamais leur mot à dire… Il fallait donc que les joueurs puissent, enfin, être écoutés et entendus. J’ai agi pour la collectivité et je n’ai jamais regretté avoir réagi ainsi. J’avais un rôle à jouer, un ultime ballon de but à donner à Justo. Et même s’il a fallu attendre quelques années pour que le but soit marqué par Fontaine, Hidalgo et tous les footballeurs français… la fin de l’esclavagisme était écrite. »

janvier 1964

Institution du pécule de fin de carrière

Et une victoire, une ! L'institution du pécule de fin de carrière n'est, en réalité, que le premier succès d'une longue liste qui reste, aujourd'hui encore, à écrire. Dans la foulée de cette première victoire, commence alors le combat pour l'obtention du contrat à temps alors que Just Fontaine passe…

janvier 1964

Institution du pécule de fin de carrière

Et une victoire, une ! L’institution du pécule de fin de carrière n’est, en réalité, que le premier succès d’une longue liste qui reste, aujourd’hui encore, à écrire. Dans la foulée de cette première victoire, commence alors le combat pour l’obtention du contrat à temps alors que Just Fontaine passe la main à Michel Hidalgo, élu président…

décembre 1965

Création de la FIFPro

Alors que l'Europe du traité de Rome se construit pierre après pierre, alors qu'on ne parle encore que de marché commun, les footballeurs décident de faire voler les frontières en éclats. A quelques mois de la Coupe du monde anglaise - la première diffusée en direct dans le monde entier…

décembre 1965

Création de la FIFPro

Alors que l’Europe du traité de Rome se construit pierre après pierre, alors qu’on ne parle encore que de marché commun, les footballeurs décident de faire voler les frontières en éclats. A quelques mois de la Coupe du monde anglaise – la première diffusée en direct dans le monde entier -, c’est le 15 décembre 1965 (trente ans jour pour jour avant l’Arrêt Bosman !), et sous l’impulsion et la conduite éclairée de la France (Michel Hidalgo et Jacques Bertrand, notamment), donc de l’UNFP, que se crée la FIFPro, la Fédération Internationale des Footballeurs Professionnels (en français dans le texte !), dont l’activité et la représentativité ne cessent de croître aujourd’hui encore…

mai 1967

Sur tous les fronts...

Premier ministre français de la Jeunesse et des Sports (1966-1968), François Missoffe, cigarette à la main, accueille une délégation de l’UNFP, conduite par Michel Hidalgo, le président, Just Fontaine et Jacques Bertrand, deux des cofondateurs du syndicat. Au menu, la fin de « l’esclavagisme » et la mise en place du contrat…

mai 1967

Sur tous les fronts...

Premier ministre français de la Jeunesse et des Sports (1966-1968), François Missoffe, cigarette à la main, accueille une délégation de l’UNFP, conduite par Michel Hidalgo, le président, Just Fontaine et Jacques Bertrand, deux des cofondateurs du syndicat. Au menu, la fin de « l’esclavagisme » et la mise en place du contrat à durée librement déterminée, le fameux contrat à temps.

L’UNFP, déjà reconnue et active, utilise tous les moyens à sa disposition pour faire avancer la cause des footballeurs, alors que la société évolue, que la jeunesse gronde. Mais le statut des footballeurs, lui, n’a pas évolué… Rencontres avec les politiques, lobbying – déjà -, le syndicat des joueurs a plus d’une corde à son arc, alors que le football, via l’émergence de la télévision en France sur la fin des trente glorieuses, sort petit à petit du stade… Et constitue, déjà, un réel enjeu politique !

mai 1968

"Le football aux footballeurs..."

A titre individuel, puisqu’il n’y a pas de mot d’ordre du syndicat, nombreux sont néanmoins les membres de l’UNFP à participer à la prise de la Bastille, pardon de la Fédération française de football, en mai 1968… « Le football aux footballeurs !», sous l’herbe verte, la plage…

mai 1968

"Le football aux footballeurs..."

A titre individuel, puisqu’il n’y a pas de mot d’ordre du syndicat, nombreux sont néanmoins les membres de l’UNFP à participer à la prise de la Bastille, pardon de la Fédération française de football, en mai 1968… « Le football aux footballeurs !», sous l’herbe verte, la plage…

juin 1969

Et le contrat à temps devint réalité...

Devenu président, Michel Hidalgo (secondé par Bruno Bollini et conseillé par Jacques Bertrand) n’a de cesse de lutter pour l’obtention du contrat à temps. En juin 1969, un mois avant que deux Américains s'en aillent décrocher la lune, les footballeurs français, après plusieurs années d'un âpre combat, obtiennent l'entrée en…

juin 1969

Et le contrat à temps devint réalité...

Devenu président, Michel Hidalgo (secondé par Bruno Bollini et conseillé par Jacques Bertrand) n’a de cesse de lutter pour l’obtention du contrat à temps. En juin 1969, un mois avant que deux Américains s’en aillent décrocher la lune, les footballeurs français, après plusieurs années d’un âpre combat, obtiennent l’entrée en vigueur du contrat à durée librement déterminée.

C’est, pour reprendre les mots de Raymond Kopa, la fin de « l’esclavagisme ».

Les joueurs du monde entier saluent le combat syndical mené et la victoire de l’UNFP et envient leurs homologues français, “tellement en avance sur leur temps… Nous n’en avions pas conscience à l’époque, se souvient Michel Hidalgo, mais les joueurs français, grâce à l’UNFP, avaient près de trente ans d’avance sur la grande majorité des footballeurs européens, puisqu’il a fallu attendre l’arrêt Bosman, en 1995, pour que le contrat à durée librement déterminée s’impose aux pays de l’UE, avant de conquérir d’autres contrées! »

octobre 1969

1969... Philippe Piat s'installe à la présidence !

Comme il le fera quelques années plus tard alors à la tête de l'équipe de France, quittant son poste de sélectionneur au soir de la première grande victoire française de l'histoire dans une compétition internationale, l'Euro 1984 en l'occurrence, c'est le devoir accompli - la mise en place du contrat…

octobre 1969

1969... Philippe Piat s'installe à la présidence !

Comme il le fera quelques années plus tard alors à la tête de l’équipe de France, quittant son poste de sélectionneur au soir de la première grande victoire française de l’histoire dans une compétition internationale, l’Euro 1984 en l’occurrence, c’est le devoir accompli – la mise en place du contrat à temps – que Michel Hidalgo, cinq ans après avoir succédé à Just Fontaine, décide de quitter son poste de président, pour se consacrer à son autre passion, le métier d’éducateur, d’entraîneur et, mais il ne le savait pas encore, de sélectionneur. Il rejoint donc la Direction technique de la FFF…

« J’arrête, comme convenu, et je crois que Philippe devrait prendre ma place de président. Je pense que tout le monde sera d’accord avec moi… »

Quelques mots valent parfois mieux que de longs discours. C’est en ces termes, en tous les cas, que Michel Hidalgo a passé, en 1969, le témoin à Philippe Piat, troisième président de l’UNFP et footballeur toujours en activité. A 27 ans, l’attaquant de Strasbourg, aussi fougueux que déterminé, au caractère déjà bien trempé, n’a certainement pas conscience qu’il signe là son plus long contrat, à durée indéterminée, celui-là même, puisqu’il court toujours près de cinquante ans plus tard !

Depuis 1969, s'ils ont pris des chemins différents, Michel Hidalgo et Philippe Piat sont restés très proches...

Depuis 1969, s’ils ont pris des chemins différents, Michel Hidalgo et Philippe Piat sont restés très proches…

1970
janvier 1972

Le kidnapping de Trésor

  La grève, qui va marquer la fin de l'année, n'est pas le seul fait d'arme de l'UNFP en 1972. Il y a aussi le « kidnapping » de Marius Trésor par le syndicat… Marius, qui doit se rendre à une convocation de l'équipe de France, est caché, huit jours…

janvier 1972

Le kidnapping de Trésor

 

La grève, qui va marquer la fin de l’année, n’est pas le seul fait d’arme de l’UNFP en 1972.
Il y a aussi le « kidnapping » de Marius Trésor par le syndicat… Marius, qui doit se rendre à une convocation de l’équipe de France, est caché, huit jours durant, chez Jacques Bertrand dans l’Oise. Pourquoi ?

Pour que les modalités de son transfert d’Ajaccio à Marseille (où il croisera Jairzinho et Paulo Cesar, deux Brésiliens champions du monde en 1970), ainsi que son salaire soient revus.

FOOT - MAGAZINE MARSEILLE - jairzinho - tresor (marius) - paulo cesar

Le natif de la Guadeloupe aux 65 sélections n’en a pas encore terminé avec son premier contrat professionnel et il n’a pas son mot à dire lors des négociations en vue de son transfert.

Pour l’UNFP, qui voit là ressurgir les vieux démons de l’esclavagisme dénoncés quelques années plus tôt, c’en est trop. Il faut agir, non seulement pour Marius Trésor, mais aussi pour l’ensemble des joueurs.

Les dirigeants – qui n’ont toujours pas digéré le contrat à temps – ont, dans cette affaire qui se terminera à l’avantage de Marius Trésor, cherché à tester la capacité de réaction et de mobilisation du syndicat.

La nouvelle équipe dirigeante de l’UNFP (Philippe Piat, Guy Lassalette, Jean-Claude Bras, Paul Orsatti…) a vu juste…

Tresor

novembre 1972

L'UNFP déclenche la grève

Unilatéralement, au terme des trois ans de la période de transition, les dirigeants – qui parlent eux d'une période probatoire – modifient les termes du statut du footballeur professionnel. Les négociations devenues impossibles, Philippe Piat, le nouveau président de l'UNFP, convoque une assemblée générale– « Assises internationales des footballeurs professionnels…

novembre 1972

L'UNFP déclenche la grève

Unilatéralement, au terme des trois ans de la période de transition, les dirigeants – qui parlent eux d’une période probatoire – modifient les termes du statut du footballeur professionnel.

Les négociations devenues impossibles, Philippe Piat, le nouveau président de l’UNFP, convoque une assemblée générale– « Assises internationales des footballeurs professionnels » – que les mêmes dirigeants tentent de saboter, conseillés et aidés en cela par le Groupement, l’ancêtre de la Ligue de Football Professionnel.

Mais les footballeurs passent outre les directives de leurs présidents, et ils sont plus de 300 à assister au débat, le 27 novembre 1972, à Versailles.

FOOT - CONFERENCE UNFP - Grève des joueurs

A l’ouverture des assises, le 27 novembre 1972, à Versailles, une motion est adoptée à l’unanimité, alors que les dirigeants ont promis de sanctionner les participants : « Si des sanctions sont prises contre les joueurs présents au congrès, arrêt de travail immédiat pour les matches de championnat. »

A leur retour de l’AG, huit Lyonnais (Baeza, Chauveau, Chiesa, Di Nallo, Lacombe, Lhomme, Prost, et Ravier,« montés » à Versailles en compagnie de Domenech, le délégué syndical de l’OL) sont suspendus, ou plutôt envoyés « en réserve pour cause de méforme » après avoir raté, par la force des choses et leur présence à Versailles, l’entraînement du lundi 27 novembre.

Le syndicat lance immédiatement un mot d’ordre de grève pour le 2 décembre. “Le lendemain, se souvient Philippe Piat, plusieurs journaux titraient : « Première manche à l’UNFP! »… Nous savions, de toutes les façons, compte tenu de la mobilisation générale des professionnels français, que nous ne pouvions pas perdre ce combat-là.”

 

décembre 1972

Victoire !

A la suite de la grève, et devant la détermination des footballeurs, qui ne sont pas décidés à voir leurs avantages acquis bafoués par la volonté des seuls dirigeants, le ministre des Sports, Joseph Comiti, réunit toutes les parties concernées le 6 décembre, alors que les joueurs avaient, deux jours…

décembre 1972

Victoire !

A la suite de la grève, et devant la détermination des footballeurs, qui ne sont pas décidés à voir leurs avantages acquis bafoués par la volonté des seuls dirigeants, le ministre des Sports, Joseph Comiti, réunit toutes les parties concernées le 6 décembre, alors que les joueurs avaient, deux jours plus tôt, été reçus par le Colonel Crespin, directeur de l’éducation physique et des sports lors d’une réunion, qui reste dans les mémoires de tous ceux qui y ont participé…

La conciliation réussit. Les dirigeants promettent, la mort dans l’âme, d’arrêter leur action contre le contrat à temps et même de participer à l’élaboration d’une Charte du football…

Les joueurs, unis, ont tenu bon. Sûr de leur bon droit. Et ils ont gagné !

août 1973

La Charte révolutionne le foot pro !

Ministre des Sports, Joseph Comiti, pour sortir définitivement de l’impasse, commande à un jeune énarque, Philippe Séguin, un rapport sur l’état du football français. Une fois le calme revenu et le rapport Seguin rendu, les discussions entre joueurs et dirigeants reprennent de plus belle. « Le rapport Séguin, largement inspiré des…

août 1973

La Charte révolutionne le foot pro !

Ministre des Sports, Joseph Comiti, pour sortir définitivement de l’impasse, commande à un jeune énarque, Philippe Séguin, un rapport sur l’état du football français. Une fois le calme revenu et le rapport Seguin rendu, les discussions entre joueurs et dirigeants reprennent de plus belle.

« Le rapport Séguin, largement inspiré des thèses de l’UNFP, l’ouverture d’esprit ressentie à la FFF, avec l’émergence de Fernand Sastre, alors secrétaire général de la Fédération et qui allait en devenir le président que l’on sait, et la création de la Charte du football professionnel, le 1er août 1973, constituent, d’après Jean-Claude Bras, secrétaire général de l’UNFP à l’époque, les parties émergées de l’iceberg. Cette grève, qui n’était certes pas la première de l’histoire du football professionnel, mais la première en France, a été une étape primordiale dans l’évolution du football français… Une petite révolution, même. Une petite, mais une vraie révolution ! »

Bras

décembre 1974

Une histoire d'homme, aussi...

L’UNFP, c’est avant tout des histoires de joueur. D’homme. Comme celle de Georges Bereta qui, en pleine saison, est transféré de Saint-Etienne à Marseille. Proche de l’UNFP, dont il est l’un des délégués au sein de l’ASSE, l’international, meilleur footballeur français en 1973 et en 1974, capitaine de l’équipe de…

décembre 1974

Une histoire d'homme, aussi...

L’UNFP, c’est avant tout des histoires de joueur. D’homme. Comme celle de Georges Bereta qui, en pleine saison, est transféré de Saint-Etienne à Marseille. Proche de l’UNFP, dont il est l’un des délégués au sein de l’ASSE, l’international, meilleur footballeur français en 1973 et en 1974, capitaine de l’équipe de France, vient chercher conseil et réconfort auprès de Philippe Piat en décembre 1974.

Quelques semaines plus tard, il quitte Geoffroy-Guichard pour le Vélodrome…

octobre 1975

Création de Promo-foot

Pour pouvoir servir au mieux les intérêts de ses adhérents, pour se moderniser et répondre ainsi aux exigences de son temps, l'UNFP a besoin d'argent. Elle décide alors, en 1975, de fonder une coopérative ouvrière de production, un outil pour financer le syndicat. Ce sera, et c'est aujourd'hui encore, Promo-Foot.…

octobre 1975

Création de Promo-foot

Pour pouvoir servir au mieux les intérêts de ses adhérents, pour se moderniser et répondre ainsi aux exigences de son temps, l’UNFP a besoin d’argent. Elle décide alors, en 1975, de fonder une coopérative ouvrière de production, un outil pour financer le syndicat. Ce sera, et c’est aujourd’hui encore, Promo-Foot. Guy Lassalette (décédé en 1981) en sera le premier président-directeur Général, secondé par Philippe Piat, Jacques et Jean-Jacques Bertrand…

septembre 1976

Avec Panini, un partenariat qui défie le temps...

Philippe Piat, l’actuel coprésident de l’Union Nationale des Footballeurs Professionnels, aime à la raconter. L’histoire, il est vrai, est belle et aide à mesurer le chemin parcouru et renvoie à l’amateurisme des débuts, à comparer avec la médiatisation et la commercialisation actuelles du football. « Au début des années 70, la…

septembre 1976

Avec Panini, un partenariat qui défie le temps...

Philippe Piat, l’actuel coprésident de l’Union Nationale des Footballeurs Professionnels, aime à la raconter. L’histoire, il est vrai, est belle et aide à mesurer le chemin parcouru et renvoie à l’amateurisme des débuts, à comparer avec la médiatisation et la commercialisation actuelles du football.

« Au début des années 70, la Ligue nationale ayant refusé la somme de 20 000 francs (3 049 euros) pour la réalisation d’un album à l’intérieur duquel figureraient tous les portraits des footballeurs français, Art Graphique Educatif, l’ancêtre de Panini s’est logiquement tournée vers l’UNFP. 20 000 francs, pour nous, c’était une somme à l’époque. Nous avons donc sauté sur l’occasion, mais encore fallait-il que nous fournissions les photos comme on nous le demandait. Nous avons donc acheté un appareil photo, nous nous sommes fait prêter des maillots de toutes les couleurs par Adidas, nous avons pris une voiture et avons effectué, Guy Lassalette, le vice-président de l’époque, et moi-même ce que l’on peut considérer comme la première tournée des clubs de l’UNFP. »

1980
mai 1984

L'Euro et la libéralisation des salaires...

L'exemple de 1972 n'a visiblement pas suffi. En 1984, alors que l’équipe de France sous la conduite d’un certain Michel Hidalgo remporte son premier titre majeur, les dirigeants, qui semblent avoir oublié la capacité de mobilisation des footballeurs à travers l'UNFP, veulent – une fois encore - abolir le contrat…

mai 1984

L'Euro et la libéralisation des salaires...

FOOTBALL - EURO 1984 - FINAL - PARC DES PRINCES - FRANCE v SPAIN - 27/06/1984 - YVON LE ROUX / MANUEL AMOROS (FRA) CARRY MICHEL HIDALGO (FRANCE COACH) WITH CUP - PHOTO FLASH PRESS

L’exemple de 1972 n’a visiblement pas suffi. En 1984, alors que l’équipe de France sous la conduite d’un certain Michel Hidalgo remporte son premier titre majeur, les dirigeants, qui semblent avoir oublié la capacité de mobilisation des footballeurs à travers l’UNFP, veulent – une fois encore – abolir le contrat à temps.

Les négociations aboutissent à de faibles modifications de la Charte. Certaines, d’ailleurs, en faveur des joueurs. La libéralisation des salaires n’est pas la moindre d’entre elles…

mars 1988

ESA, le premier service!

C’est devant les suites, tragiques, de la cruelle disparition d’Omar Sahnoun, l’ancien Nantais devenu Bordelais, que l’évidence s’était, petit à petit, imposée à l’UNFP. Certes l’international était assuré, mais les risques inhérents à notre profession n’étaient pas couverts. Il n’était pas question de capital décès, pas question de perte de…

mars 1988

ESA, le premier service!

C’est devant les suites, tragiques, de la cruelle disparition d’Omar Sahnoun, l’ancien Nantais devenu Bordelais, que l’évidence s’était, petit à petit, imposée à l’UNFP. Certes l’international était assuré, mais les risques inhérents à notre profession n’étaient pas couverts. Il n’était pas question de capital décès, pas question de perte de licence. Omar était assuré comme Monsieur-Tout-le-Monde. La spécificité du métier de footballeur, un métier à risques, n’était pas reconnue.

A une époque où le syndicat commence à vraiment se structurer, à accroître son champ d’influence pour mieux servir 2ses adhérents, l’UNFP décide d’apporter aux footballeurs professionnels un contrat d’assurance, qui puisse couvrir tous les risques du métier. Il faut donc, pour traiter avec les compagnies d’assurance et accueillir les futurs souscripteurs, créer un service à part entière, rattaché à l’UNFP, dont il jouirait de la totale caution morale et financière.

Ainsi né Europ Sports Assur en 1988…

C’est le premier des services de l’UNFP.

mai 1988

Les Trophées UNFP prennent leur envol...

C’est à l’issue de la saison 1987-1988 que l’UNFP organise sa première cérémonie des Oscars du football, devenus en 2004 les Trophées UNFP du football. Dès le départ, Jean-Jacques Amorfini, vice-président de notre syndicat, à l’origine du projet, et l’UNFP ont décidé de donner une dimension festive à la soirée,…

mai 1988

Les Trophées UNFP prennent leur envol...

C’est à l’issue de la saison 1987-1988 que l’UNFP organise sa première cérémonie des Oscars du football, devenus en 2004 les Trophées UNFP du football.

Dès le départ, Jean-Jacques Amorfini, vice-président de notre syndicat, à l’origine du projet, et l’UNFP ont décidé de donner une dimension festive à la soirée, dont la première – et toutes celles qui ont suivi depuis – est retransmise en directe et en intégralité par CANAL+, jusqu’en 2014, puis depuis par beIN SPORT.

FOOTBALL - 15TH UNFP TROPHY AWARD - 07/05/2006 - ILLUSTRATION UNFP TROPHY AWARD 2006 AT OLYMPIA - PHOTO ERIC BRETAGNON / FLASH PRESS

.

Devant l’image d’unité et d’union renvoyée par toutes les composantes de la famille du football français (féminines, entraîneurs, arbitres y sont également récompensés, dirigeants invités), devant la fête – qui permet, par-delà les clivages, d’oublier un temps les querelles sans pour autant effacer les combats que nous menons au quotidien, chacun dans notre propre camp, pour la défense de nos intérêts -, il est évident que nos Trophées, devenus un rendez-vous incontournable du calendrier national, sont la plus belle des vitrines pour notre syndicat et, par-delà, pour tout le football hexagonal.

1990
juillet 1990

Stage : aller toujours plus loin...

A l’initiative de René Charrier, vice-président de notre syndicat, un stage s’organise durant l’été 1990. Il s’adresse aux joueurs en rupture de contrat de travail. Des joueurs libres à la recherche d’un club, qui s’entraînent, disputent des matches, et que l’UNFP accompagne donc dans une période difficile de leur carrière.…

juillet 1990

Stage : aller toujours plus loin...

A l’initiative de René Charrier, vice-président de notre syndicat, un stage s’organise durant l’été 1990. Il s’adresse aux joueurs en rupture de contrat de travail.

Des joueurs libres à la recherche d’un club, qui s’entraînent, disputent des matches, et que l’UNFP accompagne donc dans une période difficile de leur carrière.

FOOT - MATCH AMICAL - UNFP-BURKINA FASO - charrier (rene)

Le chômage, cinq ans avant l’Arrêt Bosman, inquiète déjà et l’UNFP apporte sa réponse sans penser, à l’époque, qu’elle va inscrire cette action dans la durée et dépasser, quelques années plus tard, les limites même du stage avec l’instauration d’une aide financière versée aux clubs qui embauchent des joueurs libres après la période de mutation estivale.

En 2015, le stage change de nom pour devenir l’UNFP FC…

janvier 1991

Une Charte menacée, des joueurs mobilisés!

Comme en 1972, comme en 1984, les dirigeants – du moins certains d'entre eux qui, à peine arrivés, pensent pouvoir tout régenter – tentent de remettre en cause les avantages acquis par les joueurs. Le ton monte rapidement, de nombreux joueurs se réunissent à Paris pour apporter leur soutien à…

janvier 1991

Une Charte menacée, des joueurs mobilisés!

Comme en 1972, comme en 1984, les dirigeants – du moins certains d’entre eux qui, à peine arrivés, pensent pouvoir tout régenter – tentent de remettre en cause les avantages acquis par les joueurs.

b3573e2926

Le ton monte rapidement, de nombreux joueurs se réunissent à Paris pour apporter leur soutien à l’UNFP. Il faut une menace de grève, puis une décision du Conseil d’Etat, qui donne à la Charte valeur de convention collective pour que ces jeunes présidents comprennent que les footballeurs et leur syndicat ne sont pas décidés à se laisser faire…

juillet 1991

Aux services des joueurs...

Après Europ Sports Assur, en 1988, après Europ Sports Conseils, l’année précédente, un troisième service de l’UNFP voit le jour en cette année 1991, même si notre syndicat n’est pas seul à bord puisque qu’Europ Sports Reconversion est une association, qui regroupe plusieurs membres de la famille du football français.…

juillet 1991

Aux services des joueurs...

Après Europ Sports Assur, en 1988, après Europ Sports Conseils, l’année précédente, un troisième service de l’UNFP voit le jour en cette année 1991, même si notre syndicat n’est pas seul à bord puisque qu’Europ Sports Reconversion est une association, qui regroupe plusieurs membres de la famille du football français.

Mais l’UNFP en est la cheville ouvrière. Du même coup, le nombre de permanents augmente pour atteindre les dix salariés.

Il va plus que quadrupler lors des vingt années qui suivront pour approcher aujourd’hui la barre des cinquante permanents…

décembre 1995

B comme bombe et Bosman!

Le 15 décembre 1995 une bombe éclate dans l’univers du football européen. La cour de Justice des Communautés Européennes vient de rendre son arrêt dans l’affaire Royal Club Liégeois contre Jean-Marc Bosman d’une part et UEFA et Union Royale Belge contre Jean-Marc Bosman, d’autre part. Cet arrêt - pour en…

décembre 1995

B comme bombe et Bosman!

Le 15 décembre 1995 une bombe éclate dans l’univers du football européen. La cour de Justice des Communautés Européennes vient de rendre son arrêt dans l’affaire Royal Club Liégeois contre Jean-Marc Bosman d’une part et UEFA et Union Royale Belge contre Jean-Marc Bosman, d’autre part.

Cet arrêt – pour en résumer les principales lignes – s’appuie sur l’Arrêt Dona, rendu en 1976, et rappelle que le football professionnel est bien une activité économique. Il est donc soumis au traité de Rome, qui, selon les articles 48, 85 et 86, s’opposent à ce :

1) Qu’un paiement soit effectué par le nouvel employeur d’un footballeur en fin de contrat à son ancien club.

2) Que des limitations (ou quotas) soient établies sur le nombre de joueurs ressortissant d’autres Etats membres alignés par les équipes.

Ce combat – la liberté contractuelle -, les Français l’ont gagné 26 ans plus tôt. Il n’est donc pas étonnant que, dès juin 1990, l’UNFP décide de soutenir Jean-Marc Bosman dans sa quête… Philippe Piat, président de l’UNFP, trouve en Gerardo Movilla, le président du syndicat espanol (AFE), un allier de choix pour financer la défense de Bosman, car la FIFPro, à cette époque, n’a pas l’argent nécessaire pour contrer les « offres » de la Fifa, qui veut contraindre, par tous les… moyens, le Belge au silence.

26

En 1995, et aux yeux des pouvoirs sportifs, l’Arrêt Bosman c’est la fin du monde. Ce n’était pourtant que le début d’une nouvelle ère, inscrite dans le sens de l’histoire, même s’il reste tant à faire, aujourd’hui en France, en Europe et dans le monde, pour améliorer le statut du footballeur, qui, comme le martèle notre syndicat depuis sa création, est un salarié comme un autre !

mars 1996

"Le football, c'est la fête..."

« Le football, c’est la fête… » Derrière l’évidence, un slogan. Au printemps 1996, il gagne, à l’initiative de l’UNFP, la France du football. Avant Jean-Pierre Papin, Laurent Blanc et Fabien Barthez, Sylvain Kastendeuch est le premier parrain d’une opération, qui vise à combattre les phénomènes de violence, récurrents au cœur des…

mars 1996

"Le football, c'est la fête..."

« Le football, c’est la fête… »

Derrière l’évidence, un slogan. Au printemps 1996, il gagne, à l’initiative de l’UNFP, la France du football.

Avant Jean-Pierre Papin, Laurent Blanc et Fabien Barthez, Sylvain Kastendeuch est le premier parrain d’une opération, qui vise à combattre les phénomènes de violence, récurrents au cœur des années 90 dans l’hexagone. Tous les acteurs – les joueurs, les entraîneurs, les arbitres, les dirigeants, le personnel administratif et médical, les supporters et les journalistes – s’associent à notre syndicat pour rappeler que, par-delà les enjeux, le football est avant tout un jeu.

« Le football, c’est la fête… », et cela doit le rester !

juillet 1998

Encore un peu plus libres...

Alors que la France fête sa première Coupe du monde, les footballeurs professionnels de l'Hexagone et l’UNFP fêtent, en marge, la libéralisation individuelle des contrats de chaussures et de gants de gardien, en équipe de France, ainsi que dans les clubs, à l'expiration des contrats signés avant le 1er juillet…

juillet 1998

Encore un peu plus libres...

Alors que la France fête sa première Coupe du monde, les footballeurs professionnels de l’Hexagone et l’UNFP fêtent, en marge, la libéralisation individuelle des contrats de chaussures et de gants de gardien, en équipe de France, ainsi que dans les clubs, à l’expiration des contrats signés avant le 1er juillet 1997.

Ce qui signifie que les joueurs, s’ils se doivent de respecter par ailleurs les termes des contrats signés avec les clubs, eux mêmes engagés avec des équipementiers, peuvent négocier individuellement avec tel ou tel sponsor, et en tirer bénéfices…

 

2000
février 2000

Toujours plus proches des joueurs...

Être toujours plus proche des joueurs, répandre la bonne parole, multiplier les rencontres, répondre aux interrogations, encourager, pourquoi pas, les vocations, tels sont les buts recherchés par l’UNFP qui, au tournant des années 2000, créé les délégués régionaux, présents sur le terrain… Après que Régis Garrault a essuyé les plâtres,…

février 2000

Toujours plus proches des joueurs...

Être toujours plus proche des joueurs, répandre la bonne parole, multiplier les rencontres, répondre aux interrogations, encourager, pourquoi pas, les vocations, tels sont les buts recherchés par l’UNFP qui, au tournant des années 2000, créé les délégués régionaux, présents sur le terrain…

Après que Régis Garrault a essuyé les plâtres, l’ancien joueur du Mans est rejoint par Pascal Bollini et Philippe Flucklinger, puis par Bob Senoussi.

L’équipe des délégués est forte, aujourd’hui, de quatre membres (Virginie Eberhard, Philippe Flucklinger, Fabien Safanjon et David Terrier) qui, jour après jour et selon leur secteur, parcourent la France du football professionnel, alors que les centres de formation sont eux à la charge de Guillaume Stephan.

janvier 2002

L'agent peut faire le bonheur...

L’arrêt Bosman aidant, la multiplication du nombre des transferts et l’explosion des salaires sont allées de pair, au tournant des années 2000, avec l’augmentation significative du nombre des agents de joueurs. L’introduction de la licence Fifa n’a pas résolu alors tous les problèmes liés à cette profession si décriée. C’est…

janvier 2002

L'agent peut faire le bonheur...

L’arrêt Bosman aidant, la multiplication du nombre des transferts et l’explosion des salaires sont allées de pair, au tournant des années 2000, avec l’augmentation significative du nombre des agents de joueurs. L’introduction de la licence Fifa n’a pas résolu alors tous les problèmes liés à cette profession si décriée. C’est ainsi qu’on lui prête à tort (parfois) ou à raison (souvent) tous les maux du football moderne.

Pressée de toutes parts, autant par les instances que par les joueurs, l’UNFP, après une longue réflexion – se poser ainsi en garant de l’éthique du football, et par-delà de l’avenir de la profession, ne s’improvise pas. ! -, décide de la création d’Europ Sports Management, placée sous la responsabilité de Bernard Gardon, à ses débuts, et aujourd’hui de Pierre Canton.

Le quatrième service de l’UNFP voit officiellement le jour en 2002.

septembre 2003

Création du Trophée du joueur du mois

C’est lors de la saison 2003-2004 que l’UNFP créé le Trophée du meilleur joueur du mois de Ligue 1. Trois joueurs, choisis par nos délégués clubs et par les rédactions de nos partenaires média, sont soumis via Internet au vote du grand public. Dès la saison suivante, les joueurs de…

septembre 2003

Création du Trophée du joueur du mois

C’est lors de la saison 2003-2004 que l’UNFP créé le Trophée du meilleur joueur du mois de Ligue 1. Trois joueurs, choisis par nos délégués clubs et par les rédactions de nos partenaires média, sont soumis via Internet au vote du grand public. Dès la saison suivante, les joueurs de Ligue 2, selon la même mécanique, entrent dans la danse.

32 bis

Le succès de nos Trophées mensuels ne se dément pas au fil des années. Il va grandissant et a même connu un regain d’activités et plus encore de notoriété lors de la saison 2015-2016, avec l’utilisation des réseaux sociaux et un partenariat efficace avec beIN SPORTS et RMC.

novembre 2004

Non au racisme, non à la violence!

Le football sert régulièrement de prétexte à certaines exactions qui finissent par faire ressurgir, dans les stades et parfois même au-dehors, le spectre de la violence et du racisme sous toutes leurs formes. Se servant de l'impact médiatique de notre sport, certains individus, qui se prétendent supporters, se comportent comme…

novembre 2004

Non au racisme, non à la violence!

FOOTBALL - FRENCH CHAMPIONSHIP 2004/2005 - AC AJACCIO v OLYMPIQUE MARSEILLE - 20/11/2004 - ENTRANCE ANDRE LUIZ (AJA) WITH T-SHIRT AGAINST VIOLENCE AND RACISM - PHOTO PHILIPPE LAURENSON / FLASH PRESS

Le football sert régulièrement de prétexte à certaines exactions qui finissent par faire ressurgir, dans les stades et parfois même au-dehors, le spectre de la violence et du racisme sous toutes leurs formes. Se servant de l’impact médiatique de notre sport, certains individus, qui se prétendent supporters, se comportent comme de vulgaires voyous. Des voyous doublés parfois, ici ou là, de casseurs, de racistes, de xénophobes et d’homophobes…

A de nombreuses reprises, en 2004 et en 2008 notamment, l’UNFP a, contre la violence et le racisme, initié des campagnes, organisé des actions avec le support inconditionnel des footballeurs professionnels évoluant en France et de toute la famille du football français.

novembre 2006

Historique, mais pas suffisant...

C'est flanqué de Samuel Eto'o, le Camerounais, et de Lilian Thuram, le Français, que Philippe Piat, en sa qualité de président de la FIFPro, signe, le 2 novembre 2006 à Barcelone, un protocole d'accord avec la Fifa, représentée par Joseph Sepp Blatter, son président. Pour tous les footballeurs du monde,…

novembre 2006

Historique, mais pas suffisant...

C’est flanqué de Samuel Eto’o, le Camerounais, et de Lilian Thuram, le Français, que Philippe Piat, en sa qualité de président de la FIFPro, signe, le 2 novembre 2006 à Barcelone, un protocole d’accord avec la Fifa, représentée par Joseph Sepp Blatter, son président.

Pour tous les footballeurs du monde, pour les professionnels français aussi, c’est un jour historique.

Faut-il rappeler que la Fifa a attendu 1999 pour reconnaître l’existence des joueurs qui, jusqu’alors, n’avaient pas leur mot à dire ?

Certes, aujourd’hui, les termes de cet accord ne sont pas partout respectés. Certes, les tensions avec la Fifa sont fortes, mais les joueurs sont assis à la table, ouverts au dialogue, et n’ont pas l’intention de se laisser mener par le bout du nez… Toutes les décisions qui impactent leur carrière ne peuvent plus être prises sans eux et c’est déjà beaucoup!

novembre 2006

L'Etat s'engage pour la reconversion!

Le 23 novembre 2006, René Charrier, président de l’association Europ Sports Reconversion, signe avec le ministère de la Cohésion Sociale, de l'Emploi et du Logement (Jean-Louis Borloo, à l’époque), un protocole concernant les procédures facilitant la mise en œuvre des prestations des Ateliers de pédagogie personnalisée (APP) dans le cadre…

novembre 2006

L'Etat s'engage pour la reconversion!

Le 23 novembre 2006, René Charrier, président de l’association Europ Sports Reconversion, signe avec le ministère de la Cohésion Sociale, de l’Emploi et du Logement (Jean-Louis Borloo, à l’époque), un protocole concernant les procédures facilitant la mise en œuvre des prestations des Ateliers de pédagogie personnalisée (APP) dans le cadre de la reconversion des footballeurs professionnels.

décembre 2006

Sylvain Kastendeuch, coprésident !

C'était prévu, et beaucoup y ont vu alors, justement, l'amorce d'un passage de témoin... Sylvain Kastendeuch, grande figure du football français, syndicaliste convaincu et convaincant dès ses débuts professionnels, est élu coprésident de l'UNFP. Il possède les mêmes prérogatives que Philippe Piat, en place depuis 1969, avec lequel il partage…

décembre 2006

Sylvain Kastendeuch, coprésident !

C’était prévu, et beaucoup y ont vu alors, justement, l’amorce d’un passage de témoin…

Sylvain Kastendeuch, grande figure du football français, syndicaliste convaincu et convaincant dès ses débuts professionnels, est élu coprésident de l’UNFP. Il possède les mêmes prérogatives que Philippe Piat, en place depuis 1969, avec lequel il partage donc la fonction…

octobre 2008

Menace de grève...

A l’automne 2008, face aux dirigeants qui souhaitent s'attaquer - déjà ! - à la gouvernance de la LFP - et y obtenir la majorité absolue !-, un front solidaire (joueurs, entraîneurs, arbitres, administratifs, médecins, kinés) se lève et brandit la menace d'une grève. Soutenue par de nombreux syndicats de sportifs…

octobre 2008

Menace de grève...

A l’automne 2008, face aux dirigeants qui souhaitent s’attaquer – déjà ! – à la gouvernance de la LFP – et y obtenir la majorité absolue !-, un front solidaire (joueurs, entraîneurs, arbitres, administratifs, médecins, kinés) se lève et brandit la menace d’une grève.

Soutenue par de nombreux syndicats de sportifs professionnels, tant en France que dans le monde, l’UNFP mène la danse pour avoir reçu le soutien inconditionnel de ses adhérents, qui ont compris l’importance de l’enjeu.

Improvisant une tournée nationale des clubs, l’UNFP se multiplie et répond au coup par coup, utilisant tous les moyens de communication pour faire entendre la voix des joueurs.

En pleine crise, en pleine guerre de communiqués, l’UNFP publie notamment une lettre spéciale pour argumenter, replacer la lutte dans son contexte, décrédibiliser les attaques des dirigeants et rappeler que les footballeurs d’aujourd’hui, mobilisés comme ceux d’hier, de 1972, iront jusqu’à la grève s’il le faut.

Capture d’écran 2016-05-23 à 19.48.12

Devant la mobilisation générale et la détermination des différentes familles tout au long de ce mois d’octobre, les dirigeants font marche arrière. L’avis de grève est donc levé.

2010
novembre 2010

Des acteurs unis et déterminés!

L'Union des Acteurs du Football, l'UAF, a été officiellement créée, le mardi 16 novembre 2010, à Paris, 49 ans jour pour jour après la naissance de l’UNFP... Faut-il y voir un signe? Les membres fondateurs de l'UAF sont l'Amicale des éducateurs (AEF), l'Association des médecins de clubs de football professionnel…

novembre 2010

Des acteurs unis et déterminés!

L’Union des Acteurs du Football, l’UAF, a été officiellement créée, le mardi 16 novembre 2010, à Paris, 49 ans jour pour jour après la naissance de l’UNFP… Faut-il y voir un signe?

Les membres fondateurs de l’UAF sont l’Amicale des éducateurs (AEF), l’Association des médecins de clubs de football professionnel (AMCFP), l’association des médecins fédéraux régionaux (AMFR), le groupement des éducateurs de football (GEF), le Syndicat des arbitres de football d’Elite (Safe), le Syndicat national des administratifs et assimilés du football (Snaaf), l’Union nationale des arbitres de football (Unaf), l’Union nationale des cadres techniques du football (UNCTF), l’Union Nationale des entraîneurs et cadres techniques du football (Unecatef) et l’Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP).

Unis, solidaires et déterminés, les « acteurs » réussissent à faire entendre leur voix, à peser de tout leur poids. Ils sont également force de proposition et n’hésitent jamais à participer au débat dans l’intérêt général du football, même lorsqu’on « oublie » de les inviter autour de la table… Ce qui arrive de moins en moins souvent, il faut le reconnaître!

octobre 2013

FIFPro: Piat en reprend pour quatre ans

C'est à l'unanimité, moins une voix - la sienne ? - que Philippe Piat a été, le 22 octobre 2013 à Ljubljana, réélu président de la FIFPro pour quatre ans. Un fauteuil qu'il avait occupé, avec le succès que l'on sait, marqué par la signature de l'accord entre la FIFPro…

octobre 2013

FIFPro: Piat en reprend pour quatre ans

C’est à l’unanimité, moins une voix – la sienne ? – que Philippe Piat a été, le 22 octobre 2013 à Ljubljana, réélu président de la FIFPro pour quatre ans. Un fauteuil qu’il avait occupé, avec le succès que l’on sait, marqué par la signature de l’accord entre la FIFPro et la Fifa (novembre 2006), entre 2005 et 2007.

C’est un honneur, pour l’UNFP et tous les footballeurs professionnels français, mais aussi l’assurance que les combats menés (refonte du système des transferts, justice sportive, corruption, etc.) continueront à être portés par un homme, plus que jamais déterminés, à préserver les intérêts de tous les joueurs du monde et à les défendre coûte que coûte…

avril 2015

Un nouveau logo, un nouveau départ...

Moderne, s'inscrivant parfaitement dans son temps tout comme l'UNFP, notre nouveau logo dribble les codes galvaudés pour mieux témoigner de la continuité de l'action menée par l'UNFP auprès des joueurs depuis plus de cinquante ans, de sa capacité à toujours les soutenir, à les aider aujourd'hui comme demain, en s'appuyant…

avril 2015

Un nouveau logo, un nouveau départ...

Moderne, s’inscrivant parfaitement dans son temps tout comme l’UNFP, notre nouveau logo dribble les codes galvaudés pour mieux témoigner de la continuité de l’action menée par l’UNFP auprès des joueurs depuis plus de cinquante ans, de sa capacité à toujours les soutenir, à les aider aujourd’hui comme demain, en s’appuyant sur une équipe professionnelle, réactive, autant à son aise au cœur d’un vestiaire qu’en dehors du terrain, ou lorsqu’il faut porter la parole des footballeurs auprès des instances pour défendre leurs droits et leurs intérêts.

mai 2015

beIN SPORTS entre dans la danse...

La 24e cérémonie des Trophées UNFP du football marque un tournant important dans l'histoire de ce qui s'est imposé, au fil des années, comme un rendez-vous incontournable pour tout le football français. Partenaire historique, CANAL+, qui avait retransmis la totalité des précédentes cérémonies, cède sa place à beIN SPORTS en…

mai 2015

beIN SPORTS entre dans la danse...

La 24e cérémonie des Trophées UNFP du football marque un tournant important dans l’histoire de ce qui s’est imposé, au fil des années, comme un rendez-vous incontournable pour tout le football français. Partenaire historique, CANAL+, qui avait retransmis la totalité des précédentes cérémonies, cède sa place à beIN SPORTS en cette année 2015…

La cérémonie se mue alors en une soirée de gala, retransmise en direct, en intégralité et en clair par notre nouveau partenaire, qui, dès la première année, s’est piqué au jeu pour offrir à nos Trophées le plus beau des écrins…

Au Pavillon Gabriel, ce 17 mai 2015, l’Olympique Lyonnais (grâce à Alexandre Lacazette, Nabil Fékir et Eugénie Le Sommer, notamment) est à la fête, à l’instar de tout notre football professionnel…

L’essai est plus que transformé, et la collaboration avec beIN SPORTS semble déjà inscrite pour défier le temps…

juin 2015

Au coeur des Bleus...

La Fédération l’avait promis, Didier Deschamps l’a accepté, les Bleus, eux, ont écouté… Pour la première fois, en ce jeudi 4 juin 2015, l’UNFP a rendu visite, officiellement, à l’équipe de France et, trente minutes durant dans un des salons de l’hôtel des Bleus, à Clairefontaine, là où se sont…

juin 2015

Au coeur des Bleus...

La Fédération l’avait promis, Didier Deschamps l’a accepté, les Bleus, eux, ont écouté…

Pour la première fois, en ce jeudi 4 juin 2015, l’UNFP a rendu visite, officiellement, à l’équipe de France et, trente minutes durant dans un des salons de l’hôtel des Bleus, à Clairefontaine, là où se sont tournées les plus belles pages de notre football, Philippe Piat et Sylvain Kastendeuch, nos coprésidents, se sont adressés à des joueurs attentifs, qui, pour certains, très tôt partis au-delà de nos frontières, n’avaient jamais eu le moindre contact avec notre syndicat…

Cette rencontre s’inscrit dans l’accord signé par l’UNFP et la FFF, qui porte sur l’ensemble des sélections nationales, avec des messages adaptés à chaque génération.

juin 2015

L'UNFP FC est né!

Créé en 1990, le stage de l'UNFP devient l'UNFP FC, afin d'offrir une meilleure visibilité encore aux joueurs qui y participent.

juin 2015

L'UNFP FC est né!

Créé en 1990, le stage de l’UNFP devient l’UNFP FC, afin d’offrir une meilleure visibilité encore aux joueurs qui y participent.

décembre 2015

La FIFPro fête ses cinquante ans

Créée, notamment à l'initiative de l'UNFP, alors présidée par Michel Hidalgo, la Fédération Internationale des Footballeurs Professionnels, la FIFPro, a fêté ses cinquante ans en grande pompe, le 15 décembre 2015 à Amsterdam, lors d'une soirée ouverte par un discours dans le président Philippe Piat a le secret... La FIFPro…

décembre 2015

La FIFPro fête ses cinquante ans

Créée, notamment à l’initiative de l’UNFP, alors présidée par Michel Hidalgo, la Fédération Internationale des Footballeurs Professionnels, la FIFPro, a fêté ses cinquante ans en grande pompe, le 15 décembre 2015 à Amsterdam, lors d’une soirée ouverte par un discours dans le président Philippe Piat a le secret…

La FIFPro comptait en cette fin d’année 2015 pas moins de 65 membres, représentant un total de 65 000 footballeurs de par le monde.

Afin de fêter l’évènement, la FIFPro avait organisé à Amsterdam une grande conférence juridique et s’était assurée la participation de quelques sportifs – toutes disciplines confondues -, qui ont fait avancé les droits et la cause des sportifs dans le monde.

Ils étaient, fort logiquement, présentés comme « les légendes de la justice et de l’avenir du droit du sport ». Etaient ainsi présents aux Pays-Bas : Jean-Marc Bosman (l’arrêt Bosman a été prononcé 30 ans jour pour jour, le 15 décembre 1995, après la création de la FIFPro, qui a soutenu le joueur belge dans son combat dès le départ), George Eastham, Bruno Walrave, Jyri Lehtonen, Claudia Pechstein, Olivier Bernard, Igor Strelkov, David Meca Medina et Zahir Belounis.