Zeidler, d’Hoffenheim à Tours

Posté le 15.06.2011 à 12h06

L’Allemand Peter Zeidler, entraîneur-adjoint d’Hoffenheim (D1 allemande), a signé mardi un contrat de deux ans comme entraîneur du Tours Football Club.

Zeidler, 48 ans, succède à Daniel Sanchez, parti à Valenciennes.

Il admet qu’il sera « une curiosité, ce qui ne me dérange pas », s’appuyant sur un français impeccable et un humour…. bien français, fruit de nombreux séjours dans l’est de la France: « J’aime la France, son football, je suis admiratif de l’équipe de France de 1984 et de 1998 ».

Le manager général tourangeau, Max Marty, a précisé que pour le recrutement
de Zeidler: « seul le critère sportif est entré en ligne de compte. Le feeling est immédiatement bien passé entre lui, le président du TFC, Frédéric Sebag, et moi ».

En contact avec Strasbourg en début d’année, puis avec Auxerre en fin de saison, Peter Zeidler s’est émancipé de la tutelle de Ralf Rangnick, le gourou d’Hoffenheim, surnommé « le professeur »: « Rangwick a innové très tôt dans le foot allemand, en prônant le marquage de zone plutôt que le marquage individuel. Il a innové aussi dans l’originalité des entraînements, en s’inspirant d’autres sports… J’ai beaucoup appris à son contact »… »Il était temps de s’émanciper. Et la France ne se refuse pas! ».

S’il est un adepte d’un football porté vers l’offensive, Peter Ziedler entend apporter la rigueur allemande à une équipe tourangelle qui a terminé 18e défense de Ligue 2 et 12e du championnat. Début des grandes manoeuvres, le 27 juin, pour la reprise de l’entraînement.

Si l’on excepte Gernot Rohr qui a exercé ses fonctions à Bordeaux (1990-1996), puis à Créteil, Nice et Nantes et Frantz Beckenbauer, entraîneur à Marseille une saison (1990-1991), les entraîneurs venus d’Outre-Rhin sont très rares en France.

Les derniers articles