Se former, oui, justement…

Posté le 16.11.2022 à 01h27

Comme à Brest, Guingamp et Rennes dernièrement, les visites de l’UNFP dans les centres de formation répondent à la volonté de notre syndicat de donner aux jeunes footballeurs, désireux d’embrasser une carrière professionnelle, les clés de la réussite, en leur ouvrant les portes des réalités d’un métier à nul autre pareil.

 

Au centre de formation de l’EA Guingamp…

 

C’est ainsi qu’après une présentation détaillée de l’UNFP et du rôle de notre syndicat au sein du football professionnel en France, et plus largement, dans le monde via la FIFPRO dont nous sommes membres fondateurs, Guillaume Stephan évoque les droits et les devoirs des joueurs salariés, les bonnes pratiques (à commencer par assurer son corps, son outil de travail) et rappelle par le menu (paris sportifs, gestion des réseaux sociaux, dopage, chicha, etc.) les nombreux risques inhérents à une profession particulièrement exposée.

 

Samuel Allegro, Europ Sports Reconversion, s’est attaché, devant les jeunes du Stade Brestois, comme devant les autres joueurs des centres de formation, à parler de l’importance du double projet, sportif et scolaire…

 

La seconde partie de l’intervention de l’UNFP consiste à parler de la scolarité. Nul besoin de rappeler aux jeunes que si les candidats à une carrière de footballeur professionnel sont nombreux, les élus, eux, ne représentent qu’une minorité. Sam Allegro, chargé de mission à Europ Sports Reconversion, insiste sur ce point et, comme l’UNFP le fait depuis de nombreuses années, conseille fortement aux joueurs en herbe de mener un double projet, c’est-à-dire de continuer à s’investir dans les études, a minima jusqu’au baccalauréat…

« Mais ce n’est pas une fin en soi, juste un passage obligé, comme le dit Samuel Allegro. Que l’on devienne pro ou pas, être éduqué, cultivé, ce n’est pas connaître le dictionnaire par cœur, mais avoir sans cesse envie d’apprendre pour développer une certaine qualité de jugement à force d’exigence logique. C’est savoir évaluer la complexité de notre monde, et pour ce qui nous intéresse celle de l’industrie football. C’est questionner, douter. Toujours se méfier. C’est chercher et chercher encore, et finir par trouver une réponse, une preuve. Ou sa voie. Ou soi-même, pourquoi pas !

« Dans le monde du football, ou les frontières semblent virtuelles, notamment pour les ressortissants de l’Union Européenne, la maîtrise d’une langue étrangère, de l’anglais particulièrement, sera forcément un atout pour le footballeur-salarié de demain…

« Et dès ses premiers pas dans le professionnalisme ou un peu plus tard, s’il en manifeste le besoin, ESR sera à son côté pour l’aider, soit à continuer ou à reprendre ses études, soit à débuter une formation, d’autant plus abordable aujourd’hui pendant sa carrière que nous en maîtrisons parfaitement les contours à ESR et qu’Internet nous a ouvert un champ illimité ou presque de possibilités de travail et de formation à distance.

« En restant sur le terrain de l’éducation, de la formation, les jeunes sont attentifs, réceptifs et les messages passent…  »

Auraient-ils déjà conscience de la brièveté d’une carrière de footballeur professionnel et de l’importance, puisqu’il s’agit aussi de cela pour ceux qui parviendront à leurs fins, de préparer sa reconversion le plus tôt possible ?

 

 

Guillaume Stephan avec les jeunes Rennais...