Le même métier…

Posté le 25.05.2024 à 14h22

Pour l’UNFP, il ne faut pas lire uniquement à travers le prisme de l’argent les propos des dirigeants de l’US Orléans qui, alors que leur équipe féminine s’est maintenue en Division 2, envisageraient sa disparition parce que, en substance, le football au féminin serait un puits sans fond…

Nous pourrions les renvoyer étudier quelques-uns des dossiers sur lesquels planche la DNCG dans le football au… masculin, mais nous préférons profiter de l’occasion pour rappeler que, depuis de nombreuses années, et en totale collaboration avec les joueuses, l’UNFP milite, propose, agit pour la professionnalisation du football au féminin sans toutefois imaginer que son économie en sera pour autant décuplée d’un coup de baguette magique.

Au 1er juillet prochain, la naissance de la Ligue professionnelle féminine ne répondra aux attentes des joueuses – et des nôtres – que si elle s’accompagne de la mise en place d’un accord collectif, digne, respectueux, protecteur, qui n’aura pas été pensé et écrit qu’a minima, en partant du principe que les conditions financières et sociales pour les salariées des trois ou quatre plus grands clubs français sont déjà mieux disantes.

Un système réellement solidaire, qui permettrait à toutes les joueuses, et à tous leurs employeurs, de profiter pleinement des efforts promis par la FFF pour développer durablement le football professionnel au féminin et pour éviter que, le même jour, on saute de joie à l’idée de voir l’Olympique Lyonnais en finale de la Ligue des Championnes et que l’on s’inquiète de l’avenir des joueuses de l’US Orléans qui pratiquent pourtant le même métier que les championnes de France en titre…

UNFP